Quran is not divine

Par Panda :: 02/04/2009 à 2:51
In one of his monthly papers, published by some official and anti-fascit newspapers, the Vice President of the young Federation did talk really honestly about his views on religions and Islam. He ended his thoughts by the following quotes of Bertrand Russel : "Religion is based, I think, primarily and mainly upon fear. It is partly the terror of the unknown and partly, as I have said, the wish to feel that you have a kind of elder brother who will stand by you in all your troubles and disputes. [...] A good world needs knowledge, kindliness, and courage; it does not need a regretful hankering after the past or a fettering of the free intelligence by the words uttered long ago by ignorant men." Which is too direct and too honest to be published. In fact, the amount of mail received but the Presidency, and the newspapers was unbelievable. Many "opinion makers" were shoked and asked for apologies and "respect for the message of God". The General Cha even made a long speech on "the Federation and Islam" to explain that "the Revolution was islamic by facts since it protects the poor and it is bringing back the justice and the democracy to people" ( which is very suprising for a man who ordered to shoot 10 imams when Tunis was taken). The Vice President just replied that he "respects Islam as a religion and not as message of God", before resigning. That is what we can read in his memories : "I read the whole Quran in Arabic when I used to be muslim. With “hindsight”, I would say that there is nothing really divine and “non-human” in it. I mean, when you read the Arabic poetry of el Jahiliya (the pre-Islamic Arabian age), its style and its content is even better and more deeply moving. It is weird how many verses are revealed “in time” to agree with some choices just taken by Muhammad in his real life even if they contradict previous ones. For instance (and there are so many others), before the Jews “betrayed” Muhammad in El Medina, verses were so far peaceful towards the Jews , asking for tolerance and acceptance of the people from different views and religions. Muhammad himself was telling his followers to hold the jewish tradition up as an example (how to look after the horses for example), and the direction for the salat was el Quds (Jerusalem). Soon after the Jews “complot” in el medina, the verset start (just in time) to become really radical and very violent towards the jews. Muhammad told his followers that they have from then on to take the Mecca direction while praying. He ordered to kill over one hundred Jews. The Quran started to become more and more warlike and asking for Jihad and executions as the ambitions of Muhammad to spread Islam were gaining in intensity. There are many examples like this, where you can see that you find everything and its contrary in Quran. Why? Because it seems not to be a predefined “Message” sent by God, but it is more a day to day philosophical and politic document that had been adapting to the events and the obstacles that Muhammad had to copy with spreading his views and undertaking armed conflicts. For me, it is so obvious that Muhammad was more a great politics and military leader, a human being that didn’t hesitate to order executions of the opponents, than an unharming teacher and peaceful saint. Just for the little story, have you heard about the one of Abdallah ibn Saad who was one of the secretaries of the “prophet”, taking notes of the Quranic texts being dictated.One day Muhammad being stopped, the secretary suggested the end of the sentence as he conceived it, and Mohammad, discreetly had adopted as divine text what Abdallah suggested. Taken of doubt about the divine inspiration, Abdullah had disavowed Islam and run away to Mecca. At the time of the catch of the city, Muhammad wanted to make him killed, but he escaped thanks to the intervention of his brother Othman. This is to say that we have so many evidences, and that we are far from sure that the Quran are “words from God”. But let’s suppose that it is actually a message sent by God. Do you know how many versions of the Quran were transmitted VERBALLY for decades before being “unifed”? To which degree can we trust this humanly “unified” version? Despite of this, people keep believing that Quran in an absolute divine truth and that Muhammad was receiving this message in a cave from an angel (which seems objectively for me less credible than many tales for kids). Why ? Quran was taught as the absolute truth in dozens of cities during 14 centuries, so it is very hard to put it in question. And after all, as wrote in the office of Fox Mulder, people “want to believe” to feel less anxious about the future. Some scientists even say that there is a “religion gene”."

Caricaturer n'est pas constructif

Par Panda :: 04/01/2009 à 18:10

C'est le commentaire qu'a pu lancer le porte-parole de la Présidence Fédérale, lorsqu'un journaliste l'interpella sur la première caricature autorisée et publiée du Général Voir le lien suivant: http://anotherworldreflexions.blogspot.com/2009/03/photo1.html

La prise de Tunis

Par Panda :: 04/01/2009 à 18:02
voir le lien : http://anotherworldreflexions.blogspot.com/2009/03/photo2.html

Les amis toxiques

Par Panda :: 04/01/2009 à 3:27

L'entretien fut assez long. Le Général m'assura vouloir m'écouter et n'intervenir que très peu. Comme à son habitude, cette promesse donna lieu à un monologue de 2 heures sur ses visions politiques. Cette fois-ci, il s'intéressa plus particulièrement à la question palestinienne, m'avouant des idées "choquantes mais nécessaires":

 

"Les palestiniens, pour des questions historiques, culturelles et géographiques, sont supposés êtres nos amis inconditionnels. Nous sommes sensés les aider, les soutenir et les encourager dans leur lutte pour la survie. Ce sont des amis.

Toutefois, pour nous, ils font visblement plus partie de la catégorie des amis toxiques. Vous savez, ces amis qui vous donnent l'impression que vous n'êtes jamais à la hauteur. Ils vous critiquent ouvertement, vous jugent effrontément, vous assomment avec leurs problèmes et sabotent les efforts que vous faites pour mener une politique heureuse et productive. Quelque soient vos efforts, il s'agit toujours de votre faute ou celle de vos alliés !

 

Cela fait 80 ans qu'on voit se répéter le même film, avec les mêmes scènes, les mêmes discours, les mêmes coupables, les mêmes victimes, les mêmes vérités et contre-vérités, les mêmes erreurs, les mêmes stratégies d'echec!

Je ne veux plus que mon pays s'investisse dans les causes perdues. Nous nous débarrassons de nos amis toxiques. Nous avançons. Nous avons évolué. Nos problèmes, nos priorités et nos objectifs ont changé.

 

Dorénavant, nous nous retirons définitivement de ce conflit. Pour nous, c'est une perte de temps. Avec le changement générationnel, nous ne nous sentons plus concernés par ces questions à des centaines de kilomètres.

 

Quitter des amis peut être très triste mais aussi formidablement rafraîchissant.

Good luck and good bye."

Définition de la photographie en Arabie Saoudite

Par Panda :: 11/09/2008 à 23:26

"L'interdit porté sur les images, en Arabie Saoudite, a longtemps entrainé l'interdiction de la photographie. Mais les potographies aériennes sont indispensables à la recherche de puits de pétrole.

Pour résoudre ce dilemme, le Roi Ibn Saud a convoqué l'Ulema (groupe de théologiens muslmans) et lui a fait accorder que la photographie était en fait une bonne chose, puisqu'elle n'est pas une image, mais une combinaison de lumière et d'ombre qui décrit sans les violer les créatures d'Allah"

Logic and Contemporary Rhetoric- Kahane

Lucidité sur la Révolution

Par Panda :: 18/07/2008 à 13:52

Lucidité sur la Révolution

Ahmed Gherrab

 

La Période Exemplaire, La Vraie Indépendance, Les Années Optimistes… Plusieurs appellations ont été données aux vingt premières années de la Révolution Anti-Fasciste qui rassembla - pour la première fois - les 3 pays du Maghreb sous une seule autorité politique, évènement unique depuis 15 siècles.

Des institutions politiques et économiques particulières virent le jour avec un mélange singulier entre démocratie et autoritarisme, pour « réaliser une remise à niveau des sociétés Anti-Fascistes qui dépassa toutes les attentes sur tous les niveaux » (Luc Monceau). Pourtant, ces vingt premières années virent aussi la disparition inexpliquée de 4000 personnes et  le déplacement forcé de plusieurs populations du Sud. La découverte d’une fosse commune contenant 350 corps près d’Alger, datant de ces années, remet profondément en question le caractère transparent et propre de cette mutation.

Ahmed Gherrab, né à Tunis, professeur en sciences politiques à l’Université de Chicago, se penche dans ce livre sur l’aspect noir de l’une des périodes les plus mouvementées du siècle et porte des réponses claires et précises à des questions essentielles : Comment le Comité Fondateur de la Révolution a-t-il dérivé des principes listés dans la Déclaration de l’Union ? Comment les responsables locaux justifiaient-ils les déplacements forcés? Quelle était vraiment la place de l’opposition dans la jeune Union? Qui étaient les disparus et les victimes ? Qui était le responsable du massacre d’Alger ? Pouvait-on alors imaginer un autre démarrage, plus progressif et plus respectueux des peuples?

 

« Passionnant et indispensable » the Economist

De l'absurdité de rester vierge

Par Panda :: 12/12/2007 à 1:20

Un paradoxe persite en Tunisie, de plus en plus voyant, de plus en plus dérangeant.
D'un côté une société machiste qui exige des femmes vierges et sages, ou le sexe est reservé aux hommes(leurs partenaires devant supporter une réputation de "salopes") et d'un autre côté des femmes "modernes" qui se marient de moins en moins jeunes. Exigerait-on d'elles qu'elles restent vierges, sans aucune expérience sexuelles jusqu'à l'âge de 27, 28.. 30 ans ??
Oui ceci a pour origine notre culture (malédiction, sous-developpement) arabo-musulmane, mais à l'époque, les filles se mariaient à l'âge de 16 ans, voire moins !!
Cette problématique a pour origine la mentalité des hommes: La plupart, en Tunisie, refusent de se marier à une femme qui n'est pas vierge. Donc la femme DOIT rester vierge, car elle DOIT trouver un mari.
Certainement, il y a des femmes qui désirent par "leur propre volonté"  rester vierges, pour l'offrir à "celui qui est vraiment important". Il s'agit bien entendu d'une sublimation de la frustration et de l'interdit en une image romantique qui satisfait un minimum. "Celui qui est vaiment important" , par contre, ne s'est pas privé.

Dans la même logique, puisque notre pays est de plus en plus ouvert et tolérant (c'est ironique, bien sûr), on trouve de plus en plus d'hommes qui refusent de se marier à une femme qui n'est pas voilée. Donc plusieurs femmes se mettent à porter le voile pour trouver un mari. Jusqu'où risque-t-on d'aller avec cette logique de soumission absolue à la volonté des "mâles"?

La seule solution, c'est une libération sexuelle totale et radicale. Aucune femme vierge. Il n'y a plus le choix pour ces hommes "pieux" qui baisent toute leur vie avant d'exiger une femme vierge. Plus de femmes vierges sur le marché, désolé.
C'est ainsi qu'ils se rendront compte que, oui, une femme qui n'est pas vierge est un être humain comme les autres, qui a des émotions, qui sait aimer, qui est inteligent, qui sait être fidèle, qui sait être responsable, et qui, de plus, sait faire l'amour correctement!


Vers Carthage

Par Panda :: 12/09/2007 à 14:03

 

Carnets, soldat anonyme, années 2022-2023

 

Quand Tunis tomba, l'avenue Bourguiba était complètement vide, signe d'une passivité totale et désormais habituelle des tunisois. Aucune résistance, ni support. Nous avions ni accord, ni opposition. Nous pouvions continuer encore plus vers le nord, vers le palais, si ça nous chantait...Notre amour-propre, notre fierté était un peu touchée il faut l'avouer... Nous aurions préféré voir des rires, des scènes de joie et de victoire qui accompagnent toute libération....c'est pourquoi nous nous battions, après tout...Nous le faisions pour la liberté et le progrés, mais cette absence totale de réactions affectait gravement notre motivation, et nous donnait l'impression de batailler dans une ville fantôme, pour un peuple fantôme...La victoire militaire n'est jamais suffisante...La victoire des coeurs et des esprits est plus que primordiale...chaque chef rebelle digne de ce nom le savait, et si le changement qu'on portait, qu'on appliquait, ne succitait aucun espoir, alors il valait mieux dégager dès que possible... "La participation populaire" dont parlait le Général Cha n'allait pas se concrétiser dans cette ville, du moins...la population n'en voulait pas...Elle avait peut être peur...

"Nous espérons que vous allez tous les pendre" a crié un gamin qui se trouvait sur un balcon...

A vrai dire, on en avait aucune idée...Ce type de décisions se discutait et se prenait par le Comité...un ensemble de théoriciens, de chefs, d'experts, et de conseillers si hauts qu'on ne savait pas s'ils existaient vraiment, s'ils se trouvaient dans le même continent que nous...Qui prenait vraiment les décisions? Qui sont nos réels soutiens ? D'où viennent tous ces moyens ? D'où est venu tout ce mouvement ?

Une scène de pendaison, comme dans toute rebellion digne de ce nom..."le peuple a jugé"..."Le peuple a préféré la vengeance"...Qui leur mettra la corde? Qui organisera toute la mise en scène ?...et puis comme d'habitude, toujours au bon moment, toujours à l'instant où nos petites têtes de soldats commencent à se poser des questions, un communiqué du Comité est transmis à nos responsables :

 

" Selon nos prévisions et les informations que nous possédons, le palais sera très probablement vide. L'Armée Anti-fasciste est une force de paix et de reconcilation. C'est une force d'urgence, une ambulance dans une région au bord du gouffre. Nous ne devons aucunement attiser les sentiments de vengeance envers l'ancien régime. Ne réagir que si une unité anti-fasciste est attaquée. Nous ne voulons ni destruction de photos, ni banderoles improvisées. Contentez-vous de prendre position dans les endroits que vos supérieurs vous indiqueront. Les journalistes sont partout. Aucune erreur ne sera tolérée durant cette phase très délicate du projet. Soyons digne de l'espoir que nous portons."

 

Un communiqué qui, comme d'habitude, mélange les instructions précises et les principes les plus généraux, les objectifs révolutionnaires et ceux qui se rapportent au marketing médiatique le plus basique, les messages de solidarité et ceux de la menace...

 

" Aucune erreur ne sera tolérée durant cette phase très délicate du projet."

 

Notre char redémarra vers le nord...vers Carthage...